A Quiberon et St Pierre Quiberon, toute l'info de la presqu'île

http://www.quiberon.info/

Histoire-Naufrages 1 (Presqu'île patrimoine)

Histoire compilee par L. Josse d'apres un texte de la Societe polymatique du Morbihan et préfacee par A. Guillevic

Histoire d’une épave

Début février 2001, l’effet conjugué de la grande marée, des vents, des courants et des eaux pluviales qui saturent le sol du littoral s’évacuant vers la mer, met à jour le squelette d’un navire sur la plage de Penthièvre….Gros émoi. La presse locale et nationale s’interrogent : « Drakkar Galère, ou simple gabare ?…. »

Les habitués de l’histoire locale pensent plutôt au double naufrage qui a eu lieu les 8 et 9 janvier 1765 dans ces parages et plus particulièrement à la "Duchesse d’Aiguillon" naufragée à une demie lieue du fort Penthièvre tandis que le second navire, un bateau négrier faisait côte sur la paroisse de Plouharnel, à la plage qui porte maintenant son nom, à une lieue du fort.

L’épave qui mesure actuellement 18 mètres sur 5 dans sa partie non ensablée, correspond à un bâtiment d’environ 100 tonneaux. Mais il était préférable de faire appel aux spécialistes .

naufrages1.jpg

photo : A. Guillevic



Monsieur Estienne, conservateur du Service Historique de la Marine de Lorient émettait une première hypothèse, celle d’un navire marchand du 17 ou 18 ème siècle vue la structure lourde de la coque. Monsieur Le Cerf de la Direction Archéologique Régionale de Rennes abondait dans son sens.

Une analyse dendrochronologie ( études des cernes du bois ) opérée par Mr B. Vincent du Centre de Recherche Scientifique apportait une première réponse. Les arbres utilisés pour la construction avaient été abattus vers la fin XVII ème, 1685, début XVIIème, 1705. Ces chênes étaient d’origine locale. Quand on sait qu’il y a un délai d’environ 30 ans, minimum, avant utilisation à la construction, on peut dire que ce navire a été construit vers 1730 / 1740. Michel Lhour de la Direction Archéologique Sous-marine basée à Marseille, confirme la datation mais écarte l’hypothèse "Duchesse d’Aiguillon" pour s’orienter vers celle d’un bateau de pêche ou d’un chasse-marée. Après une nouvelle fouille, il était moins affirmatif.

A ma question : " Alors Duchesse d’Aiguillon ou pas Duchesse d’Aiguillon ?", il m’a répondu que peut-être, on verrait cela aux grandes marées d’octobre. Entre temps, la découverte d’une riche épave en mer de Chine l’accapare beaucoup et la notre, riche à notre patrimoine local attendra dans son linceul de sable.


Sa présence était bien connue des pêcheurs qui y accrochaient leur senne parfois et des anciens habitants de Penthièvre. Alors pour que vous aussi vous fassiez votre opinion, voici le récit du "Double naufrage à la côte de Plouharnel" , ( un légitime chauvinisme nous fait revendiquer le nom de la Duchesse d’Aiguillon et la côte de Saint Pierre Quiberon ) écrit par le chanoine Danigo dans le bulletin de la Société Polymathique du Morbihan en 1963.


Bonne lecture.

André Guillevic.


Suite (page2)